Accueil / Nesles La Vallée / Patrimoine / Ancienne gare
Ancienne gare

Ancienne gare

La Gare – le petit Train

L’épopée du train Valmondois-Marines débute en 1886.

 

L’arrivée du train à Nesles la Vallée 

En 1875, pour la première fois, il est question d’un chemin de fer dans la Vallée du Sausseron (ligne à voie normale reliant Valmondois à Méru). Ce projet sera refusé en 1879. À partir de 1881, la Société Générale des Chemins de fer Économiques étudie un nouveau tracé à la demande du Conseiller général de l’Isle-Adam «…pour desservir moulins, carrières et exploitations agricoles…».

La concession est accordée en 1883, les travaux commencent en 1884 pour une mise en exploitation en 1886. Le prolongement jusqu’à Marines est accepté en 1887, soit une distance totale de 23 201,76 m en voie métrique.

La ligne comprend deux gares (Valmondois et Marines), cinq stations (Nesles-la-Vallée, Labbeville-Frouville, Vallangoujard, TheuviBe- Epiais-Rhus, Bréançon, Grisy) et six arrêts (Le Carouge et La Naze, Verville, Brécourt, Berval, Grisy).

Il faut 52 minutes pour aller de Marines à Valmondois et 17 minutes de Nesles à Valmondois.

Les bâtiments construits sont le modèle nc2 de la Société des Chemins de fer Economiques, sauf pour Valmondois, modèle plus simple, et Marines, modèle plus vaste. Les arrêts né sont que de simples abris. En 1886, trois locomotives et trois voitures transportent les habitants d’Epiais-Rhus jusqu’à Valmondois et assurent leur retour. Plus tard des voitures fourgons, des wagons couverts, plats, à pierre ou tombereaux compléteront le matériel.

En 1895, la Société emploie 31 personnes et transporte 114 298 voyageurs. En 1913, 223 508 voyageurs utilisent «le Petit Train»  mais ils ne seront plus que 80 704 en 1934 avec le développement des lignes d’autobus, du parc des voitures particulières et des camions. Des automotrices font leur apparition, mais la pénurie de produits pétroliers due à la guerre fera reprendre du service à notre petit train à vapeur.

 

… qui se termine apres guerre

 En 1948, le Conseil Général demande la suppression du service marchandise et une étude de transport des voyageurs par bus. La fermeture effective de la ligne Valmondois-Marines intervient le 1er juillet 1949 et son déclassement le 20 août 1951.

Émile Henriot de l’Académie française a publié un article fort émouvant dans la revue hebdomadaire «La Vie du Rail» au moment de la fermeture de cette ligne.

Le musée des tramways à vapeur et des chemins de fer secondaires français se situe à côté de la gare de Valmondois sur la commune de Butry.

Texte provenant des « Sentiers du Patrimoine »
PNR et la commune de Nesles

Scroll To Top